La défaite de la pensée : le déclin d’une civilisation

© Le contenu de ce site est protégé par les droits d’auteurs. Merci de citer la source et l'auteure en cas de partage.

« La victoire des littéralistes et des traditionalistes a été consommée à la fin du XIIe siècle. L’idée que tout le savoir était dans les textes et que la vérité résidait dans le passé s’est propagée et imposée aux esprits. Elle a clos les débats et mis fin aux disputes intellectuelles. La défaite de la pensée a conduit à une langueur générale de la pensée musulmane, des sciences religieuses et de la théologie.

Cet amollissement n’a pas épargné les vainqueurs qui, en empêchant leurs opposants de s’exprimer, ont paradoxalement oeuvré contre l’épanouissement de leur propre doctrine. Toute pensée se nourrit et se renforce des contraintes et des obstacles qu’elle rencontre. Ce sont des stimuli qui la poussent à se dépasser, à produire des idées nouvelles et originales ; l’idée contraire est nourrissante. Le littéralisme a connu ses heures de gloire lorsqu’il s’est retrouvé confronté à des adversaires farouches comme les muatazilites.

Une pensée qui ne se confronte pas à l’adversité s’étiole. L’histoire raconte comment la pensée musulmane a prospéré dans un climat intellectuel où toutes les tendances avaient le droit de s’exprimer. À Bagdad, et dans les autres grandes métropoles, les débats et les discussions philosophiques, théologiques, exégétiques et juridiques étaient permanents dans les cafés, les mosquées et jusque dans la cour des califes eux-mêmes. Dans ce climat de liberté d’expression où seule la bonne argumentation prime, la pensée musulmane a connu ses heures les plus fructueuses. Les musulmans ont mis fin à ces discussions et débats lorsqu’ils ont opté pour une seule position en faisant taire les autres voix.

Le déclin de la pensée musulmane s’est très vite propagé à d’autres domaines : la philosophie, la science, la poésie et la littérature. La pensée est un tout indivisible.Elle ne peut prospérer dans un domaine si elle est considérée, dans un autre, comme un danger contre lequel il faut lutter. Soit on lui fait confiance, on la glorifie et elle s’épanouit, soit on la soupçonne, on la déteste et alors elle se fane. Seule une pensée à laquelle on croit peut prospérer.

Elle se reconnaît par l’originalité de ses idées. À partir de la fin du XIIe siècle, la léthargie intellectuelle devint la caractéristique dominante de la pensée des musulmans. Ainsi, les musulmans ont bâti une grande civilisation lorsqu’ils ont décidé de croire au livre révélé et au message divin sans pour autant rejeter les autres livres, ceux de philosophie, de science, de littérature et d’histoire, et de croire à la révélation sans rejeter la pensée et l’intelligence.

Les deux pensées, humaine et divine, ont été complémentaires pour accéder à la vérité. Cette civilisation est entrée en décadence lorsqu’ils les ont opposées et qu’ils n’ont vu de gloire pour le divin qu’en muselant l’humain. Le dynamisme intellectuel, le bouillonnement scientifique et culturel des grandes métropoles ont disparu dès lors que les musulmans ont mis la pensée et la raison au banc des accusés. Ils ont mis fin à l’ère de la civilisation, en mettant fin à la créativité. Bien qu’elle ait été l’architecte de l’âge d’or de l’islam, la pensée créatrice et rationnelle a fini par abdiquer.

Le déclin de la civilisation musulmane et son effondrement ne sont pas dus aux troubles politiques et aux invasions extérieures. Il s’agit avant tout d’un effondrement de la pensée et de l’intelligence, du basculement d’un dynamisme étonnant à une inertie généralisée. Le déclin de la civilisation musulmane n’est pas seulement celui d’une nation qui n’a plus eu les moyens de porter haut le flambeau. C’est avant tout le déclin de l’esprit et de l’humain. » Razika Adnani

Extrait de l’ouvrage de Razika Adnani Islam : quel problème ? Les défis de la réforme, UPblisher, France  2017. Afrique Orient, Maroc, 2018

Le fondamentalisme islamique de la civilisation musulmane à la civilisation occidentale -Visioconférence -3juin 2021

© Le contenu de ce site est protégé par les droits d’auteurs. Merci de citer la source et l'auteure en cas de partage.

3 Commentaire(s)

  1. Ahmed Demri dit :

     » La civilisation  » du sabre !

  2. Benmayouf dit :

    Il est indeniable que ce que vous appelez la civilisation musulmane est en net declin.Pour vous l unique cause est le refus d une pensee contradictoire et elle daterait du 12e siecle.N y aurait il pas d autres causes? Ma question ne reduit en rien la qualite de tous vos ecrits que j apprecie a leur juste valeur.Mon unique souci est de ne pas savoir ou trouver vos ouvrages.

  3. Dalloz dit :

    Bonjour Me Razika Adnani
    Depuis 1an1/2 je découvre et admire vos travaux : riches, documentés, reculant devant rien, interrogeant tout. Immense bravo à vous.
    En retraite, je suis maman de 3 filles: 42, 35 et 32 ans.
    Issue d’une famille ( côté mère et côté père) de plusieurs générations catholiques, depuis mon adolescence, je suis sortie de toutes croyances religieuses. Pour moi, le plus grand dans l’univers peut s’appeler divin ou plus grand que tout ou plus grand que tous. Il est pour moi, le même que l’on soit humain croyant ou non, tout autant que toutes les espèces vivantes, minérales, végétales, animales.
    Mon inquiétude s’intensifie ( idem pour son papa, mon mari ) depuis 1an 1/2 ma seconde fille a quitté son emploi d’opticienne pour se mettre à son compte. C’est son choix, un peu inquiètes sur le moment, on l’a totalement respecté . En fait, on a compris après qu’elle avait tout quitté car étant musulmane pratiquante depuis 7 ou 8 ans ( ça on le savait) être salariée l’empêchait de vivre sa foi ( de faire les prières , de se voiler et depuis 1 an de se vêtir en recouvrant intégralement son corps de grandes et larges tenues. Un affichage qui est violence pour toutes les femmes qui ont gagné leur liberté.

    Avec mon mari, on respecte sa religion, par contre c’est un déchirement qui s’amplifie de constater l’embrigadement dans lequel elle se met. Sans compter que par son nouveau travail d’entrepreneuse ( majoritairement par Instagram ) elle est coach de couple, son public est féminin et essentiellement musulman, malheureusement elle s’en sert pour être également influenceuse musulmane mais tellement éloigné de votre éclairage, .

    Dès que j’ai découvert vos travaux, je lui en ai parlé et transmis le lien. Elle n’a pas supporté et me le reproche. Son père l’a également fait de son côté avec d’autres islamologue.
    Par ailleurs, depuis 12 a 15 ans, j’écoute sur France Culture, le dimanche matin question d’islam ( que de lumières) pour mieux comprendre ce qui m’est étranger ( j’en avais besoin professionnellement) seulement ma fille se ferme à tout cela. Son canal religieux me semble se réduire a internet et une branche peu ouverte, pour ne pas dire rétrograde ou dangereuse pour la femme. Autant, il est magnifique d’aider des femmes et ici surtout les femmes musulmanes à être mieux en couple mais Insupportable que ma propre fille tire grâce à sa religion les femmes vers le bas.

    Un déchirement pour moi, une catastrophe pour les femmes.

    Razika, si vous avez lu ce message, je vous en remercie. J ’apprécierai vraiment un retour de votre part.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *