Chronique de Jacques Munier LE JOURNAL DES IDÉES sur FRANCE CULTURE. Des nouvelles d’Algérie

« La femme est l’avenir de l’homme »

Pour la philosophe Razika Adnani, c’est notamment la cause des femmes qui peut concrétiser le désir de modernisation de la société algérienne qui s’exprime aujourd’hui. Sur le site de Marianneelle incrimine la force des principes traditionnels, « la hiérarchie appliquée à la répartition des droits entre les femmes et les hommes, entre les musulmans et les non-musulmans et entre les gouvernants et les gouvernés » dans l’échec du projet de modernisation de l’Algérie sur le plan politique et social. Et ce depuis l’indépendance : la lutte pour le pouvoir motivée par les intérêts personnels, qui a conduit à la situation actuelle, est due selon elle à « l’attachement fort des Algériens aux normes d’organisation traditionnelles ». 

Dans une culture tribale, qui est une culture traditionnelle, il est difficile d’envisager d’autres façons de faire de la politique.

Razika Adnani observe que « les concepts comme égalité et liberté ou encore laïcité, démocratie et modernité continuent de faire peur. Diabolisés par le discours conservateur et salafiste tout au long du XXe siècle, ils font partie de la liste des termes qui sont bannis par beaucoup sans même chercher à les comprendre. » Elle déplore le fait que « les Algériens brandissent des slogans revendiquant la démocratie et la justice sociale, mais n’acceptent pas, pour beaucoup d’entre eux, l’égalité homme-femme ». Et dénonce « le paradoxe mais aussi le piège » consistant à promouvoir une modernisation politique « en cohérence avec les traditions ». Enfin, elle milite pour une réforme de l’islam « afin de le libérer lui aussi de l’emprise des traditions », seule manière desserrer l’étau de la religion sur la politique et d’émanciper l’État.

Par Jacques Munier

Article plublié par :

© Le contenu de ce site est protégé par les droits d'auteurs. Merci de citer la source en cas de partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *