Vidéoconférence « Le principe d’égalité et l’Algérie nouvelle »

Quelle place l’Algérie accorde-elle au principe d’égalité, égalité entre les musulmans et les non musulmans et entre les femmes et les hommes ? Depuis le 22 févier, les Algériens revendiquent une Algérie nouvelle qui mettra fin à toute forme d’injustice sociale et politique. Peut-on en déduire qu’ils sont prêts à admettre le principe d’égalité de tous devant la loi ?  Comment expliquer que beaucoup s’y opposent alors qu’il est une condition de la justice et un des fondements d’un État moderne ? 

Razika Adnani Vidéoconférence « Le principe d’égalité et l’Algérie nouvelle »
Razika Adnani – Vidéoconférence « Le principe d’égalité et l’Algérie nouvelle »

Quelques extraits de la conférence 

« L’égalité est le fait que la loi soit la même pour tous ; il s’agit donc d’une égalité devant la loi » 

« L’égalité de tous les citoyens est garantie par les différentes constitutions algériennes. Cependant, beaucoup de lois ne suivent pas et même certains articles de ces constitutions vont à l’encontre de cette règle »  

« Prétendre que les lois faisant des femmes des êtres inférieurs et des hommes des êtres supérieurs sont imprescriptibles, car inscrites dans les textes, est un argument qui n’est pas convaincant »

« Aucune société ne peut être juste si plus de la moitié de sa population subit des injustices »    

« Si les Algériens veulent bâtir une Algérie nouvelle, ils n’ont pas d’autre choix que de s’interroger sur les sujets sensibles et de briser les tabous »

« Le rôle du président n’est pas d’être un bon croyant, mais de bien gérer les affaires de la cité »

« Pourquoi les choses deviennent-elles aussi difficiles à changer voire impossibles dès lors qu’il s’agit des femmes ? Parce que lorsqu’il s’agit des femmes en réalité il s’agit des hommes. Tout droit reconnu aux femmes est un privilège enlevé aux hommes, ce que ces derniers n’admettent pas facilement »  

 » Une Algérie nouvelle sans le respect de l’égalité comme principe politique et social est impossible. L’égalité de tous les citoyens devant la loi est la condition d’une société juste et le fondement d’un État moderne. Les Algériens doivent choisir s’ils veulent un pays moderne où la justice règne ou un pays où le plus fort domine le plus faible, où les discriminations persistent »

« La séparation de la politique et de la religion est le seul moyen d’en finir avec les inégalités commises au nom de la religion »

 » Séparer la politique de la religion est dans l’intérêt aussi bien de la politique que de la religion »

Razika Adnani

Article plublié par :

© Le contenu de ce site est protégé par les droits d'auteurs. Merci de citer la source en cas de partage.
Razika adnani
Razika Adnani