Se réconcilier avec son histoire, c’est se réconcilier avec soi-même

© Le contenu de ce site est protégé par les droits d’auteurs. Merci de citer la source et l'auteure en cas de partage.

Extrait de l’ouvrage de Razika Adnani : La nécessaire réconciliation, UPblisher 2017

Toutefois, cette violence est à facettes multiples. Celui ou celle qui méprise ses origines porte un regard identique sur ses semblables. Il ou elle ne peut les respecter ni dans leur être, ni dans leurs biens, ni dans leur travail. La violence qu’on exerce contre l’autre se nourrit de ce mépris qu’on éprouve à son égard. Reconnaître à autrui sa valeur humaine, c’est s’interdire, tout d’abord, de le violenter ; c’est être correct avec lui et le respecter. C’est seulement en revalorisant notre propre image que nous pouvons revaloriser l’image de nos semblables nos propres yeux.

Mais la situation est plus complexe car le mépris de l’autre nourrit certes notre propre penchant pour la violence, mais alimente aussi chez cet autre les mêmes élans et l’oblige au même comportement. Devant une personne qui élève la voix, nous finissons par monter la nôtre pour nous faire entendre. Une personne, qui use de sa force pour s’imposer, nous oblige à user de la nôtre pour nous protéger sauf à nous prévaloir d’une grand maîtrise et d’une ferme volonté.

Ainsi, la violence généralisée, qui mine notre société, n’est pas seulement due à une conscience corrompue qui la moraliserait, mais aussi à une souffrance ancestrale causée par le manque d’estime de soi que les problèmes économiques et sociaux actuels accentuent.

Il est temps d’en finir avec ce dénigrement. Il faut que les Algériens comme tous les Maghrébins fassent la paix avec eux-mêmes, car celui qui n’a pas une relation sereine et paisible avec lui-même ne peut pas avoir une relation sereine et paisible avec les autres. La condition première passe par une réconciliation avec leur histoire.

Disponible en version papier sur Amazon et sur le site de la Fnac

© Le contenu de ce site est protégé par les droits d’auteurs. Merci de citer la source et l'auteure en cas de partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *