Chronique de Jacques Munier LE JOURNAL DES IDÉES sur FRANCE CULTURE. Algérie, de l’indépendance à l’émancipation

Une révolution politique et laïque
Restent les islamistes, en partie compromis avec le régime. Sur le site L’expression la philosophe et islamologue Razika Adnani insiste sur le caractère laïc de la contestation actuelle. Face aux avertissements du pouvoir qui évoque la Syrie, « Les Algériens ne veulent pas de violence et veillent à ce que leur révolution soit un succès pour la démocratie et non une opportunité donnée aux islamistes. » Elle rappelle que la violence des années de guerre civile « qui a endeuillé l’Algérie ainsi que beaucoup d’autres pays est liée à l’islamisme » ce que les Algériens n’oublieront pas, c’est pourquoi ils « ont décidé de faire une révolution politique séparée de la religion. » D’autant que la démocratie est la meilleure protection contre les dérives de l’islamisme.»
Par Jacques Munier

Article plublié par :

© Le contenu de ce site est protégé par les droits d'auteurs. Merci de citer la source en cas de partage.
Razika adnani
Razika Adnani